lundi 3 avril 2017

L'enfant de Krypton

Honnêtement, les films de superhéros, ça n'a jamais été mon truc. Maintenant, n'étant plus à un paradoxe près, j'ai cru bon de voir dernièrement l'un des très grands classiques du genre: Superman. Est-ce que j'avais lu et relu le comics quand j'étais gamin ? Non. Résultat: je ne savais pas réellement à quoi m'en tenir. Et j'ai aimé...

À bientôt quarante ans, ce film offre un divertissement vintage sympa. Au départ, on découvre la planète Krypton, lieu de naissance de celui qui n'est donc pas encore devenu un véritable Terrien. J'imagine que certains d'entre vous savent de quoi il retourne exactement... et j'aime autant ne pas trop en révéler aux autres. Disons qu'un beau jour, un bébé arrive en vaisseau spatial au coeur des States profonds et qu'il est alors recueilli par une gentille famille. Des années plus tard, devenu Clark Kent, sa différence - une force physique incroyable et la capacité de voler - fera de lui un sauveur possible pour l'humanité menacée, dissimulé dans l'habit ordinaire d'un journaliste timide et maladroit. Comme son personnage principal, Superman - le film - ne paye pas de mine, mais il dégage un charme certain, que ses effets spéciaux d'un autre temps n'altèrent pas. Au contraire: ce petit côté suranné est plutôt amusant.

Dans la distribution, Gene Hackman est assez drôle en méchant ! Margot Kidder, elle, se montre sexy juste ce qu'il faut pour incarner avec conviction la jolie Lois Lane, l'amoureuse secrète du héros. Pourtant, dans l'esprit collectif, c'est sans doute Christopher Reeve qui domine le casting - et pas seulement pour sa prestation d'acteur. Comédien au destin tragique, le beau brun n'en était qu'à ses débuts et il porte fièrement le costume un peu ridicule de son personnage. Superman lui doit beaucoup, puisqu'il tourna trois autres épisodes. Dans ce tout premier opus, sans emphase déplacée, il a su embarquer ma crédulité et m'emmener ailleurs, dans ce monde dont je sais pertinemment, pourtant, qu'il n'existe que pour les grands rêveurs. Magie du cinéma de divertissement ! Je suis redevenu un enfant naïf devant ce spectacle gentiment kitsch et qui se suffit à lui-même. Pour une soirée plateau-télé, le spectacle reste ma foi très honorable.

Superman
Film américain de Richard Donner (1978)

Les cinéphiles auront noté que le réalisateur n'est pas un inconnu. Plus tard, ce sera Les Goonies, L'arme fatale, Maverick... et autres. Pour ce qui est des seuls films de superhéros, je préfère quand même le côté geek d'un truc comme Les gardiens de la galaxie - je suppose aussi que, s'il avait été tourné en 1978, il serait tout à fait différent. Côté rétro, je me contente de Planète interdite... ou de Barbarella !

----------
Pour finir, deux (petits) liens...

Pascale nous avait raconté quelques brefs souvenirs autour du film. Quant à Ideyvonne, elle cite le directeur artistique, Norman Reynolds.

10 commentaires:

Pascale a dit…

Et merde j'ai effacé mon commentaire. Je recommence.

Bon je disais que j'étais impressionnée par ton creusage sur mon blog.
je l'ai vu à sa sortie. Ça m'avait remplie de joie et de frustration.
Et Christopher Reeve est incroyables. Ne pas être ridicule avec son slip au dessus de collants, il faut le faire...

Pascale a dit…

Pas ds à incroyable

Chez Sentinelle a dit…

Tu me fais faire une fameuse remontée dans le temps ! Je l'ai vu au cinéma, accompagnée par mes parents (il est sorti en 1978, après un rapide calcul, j'avais donc 8 ans). Et bien j'en ai fait des cauchemars la nuit qui a suivi la vision du film, je m'en souviens encore. Je me rappelle aussi de tout le foin qu'il avait fait à sa sortie, comme quoi Marlon Brando y jouait (mais c'était qui çuilà ? connaissais pas à l'époque et je voyais pas trop ce qu'on pouvait lui trouver tellement il me semblait antipathique) et patati et patata, et .... on l'a vu à peine dix minutes ! Trop drôle quand même. Je me souviens en tout cas d'avoir été impressionnée par ce film (un peu trop d'ailleurs, vu mes cauchemars qui ont suivi). Pensées aussi pour Christopher Reeve, que j'aimais vraiment bien (il n'était jamais ridicule, un exploit en soi).

Martin a dit…

@Pascale 1:

Effectivement, je n'hésite pas à remonter le temps et à chercher tes vieilles chroniques !
"Remplie de joie et de frustration"... de joie, je peux comprendre, mais pourquoi de frustration ?

Martin a dit…

@Pascale 2:

Effectivement, il n'en faut pas à "incroyable". Mais il en faut un à "Superman" !

Martin a dit…

@Sentinelle:

Hé oui, j'ai activé la machine à remonter le temps, pour le coup. C'est mon côté Emmett Brown !

Quel drôle de souvenir tu as autour du film, dis donc ! J'espère que tes cauchemars ne reviendront pas !
Et je confirme: dans ce film, Marlon Brando est discret. C'était un an avant "Apocalypse now"...

princécranoir a dit…

Brando, Kidder, Hackman mais aussi le génial Glenn Ford et Terence Stamp en général Zod ! Beau casting pour un film qui en a pris un coup dans l'aile mais se trouve désormais un charme vintage. Pas sûr que les sourcils froncés du "Man of Steel" et les immeubles qui s'effondrent comme des dominos nous émeuvent autant dans quarante ans.

Martin a dit…

Pas sûr du tout, en effet. Je préfère ces petits films vintage aux blockbusters actuels, en général.
Tu fais bien de relever la distribution de manière plus large que je ne l'avais fait. Elle vaut le détour !

RADIO SATELLITE2 a dit…

Le héros de mon enfance et même en tant qu'adulte

Superman.

L'acteur George reeves a joué le rôle, les années 40 50
Son fils par la suite a pris le relais christopher Reeves

Depuis que d'acteurs ont joué ce fameux rôle.

Martin a dit…

Bonjour Radio Satellite, et bienvenue !
J'ignorais que le père de Christopher Reeves avait lui aussi joué le rôle. Merci pour l'info.

Au plaisir de vous relire ici.