vendredi 21 avril 2017

Réel ?

Je me sens à présent familier avec le cinéma de Kiyoshi Kurosawa. Même si je suis bien loin d'avoir vu tous ces films, c'est avec plaisir désormais que je les découvre et sans hésiter que j'ai regardé Real. J'étais surpris d'apprendre après coup qu'il était sorti il y a trois ans "seulement". Allez savoir pourquoi: je me l'étais imaginé plus vieux...

Koichi vit avec sa petite amie, Atsumi. Il est très inquiet pour elle. Dessinatrice de mangas, la jeune femme travaille en permanence. Plus grave encore, un beau jour, elle fait une tentative de suicide ! Très vite, le film opère un virage: des médecins promettent à Koichi qu'il pourra entrer en contact avec l'esprit d'Atsumi pour comprendre ce qui est arrivé, même si cette dernière est plongée dans le coma. D'abord assez mystérieux, Real devient alors vraiment fantastique. J'ai "marché", dans l'ensemble, ou disons au moins que j'y ai cru. L'intelligence du scénario (et du propos) consiste à ne jamais appuyer trop fort sur les effets. Nous restons dans un univers proche du nôtre.

Ce n'est que progressivement, par petites touches, que les décalages surviennent et nous emmènent dans un monde un peu moins familier. Mon seul vrai regret concerne le rythme du métrage: Real expose lentement ses enjeux et, parfois, m'a-t-il semblé, se répète un peu. Bon... ce n'est pas très grave, d'accord ? Son originalité de fond "rattrape" aisément ces quelques petits flottements sur la forme. Attendez-vous aussi à être surpris... par une créature aquatique préhistorique ! À dire vrai, je ne suis pas sûr que vous ayez déjà vu plusieurs films dans ce style - et c'est l'intérêt de regarder celui-là. Correctement interprété, ce récit se montre curieusement porteur d'une relative positivité, alors même que notre ami Kiyoshi Kurosawa m'avait habitué à plus de noirceur. Il me reste beaucoup à apprendre !

Real
Film japonais de Kiyoshi Kurosawa (2014)

Cet opus marque le retour au cinéma du réalisateur, après l'intermède télévisé du diptyque Shokuzai. Je reconnais qu'il m'a moins convaincu que le suivant: Vers l'autre rive. C'est toutefois du très bon cinéma ! La signature d'un auteur confirmé n'empêche absolument pas le film d'être divertissant et de trouver un juste équilibre avec ses tonalités dramatiques. Je ne connais guère d'oeuvre comparable en Occident...

----------
Envie d'un autre avis avant de vous lancer ?
Si c'est le cas, je vous conseille vivement d'aller lire celui de Tina. Euh... Pascale me glisse dans l'oreillette qu'elle aussi a parlé du film.

12 commentaires:

Pascale a dit…

Ah oui c'était beau. Je n'avais écrit que quelques lignes. http://www.surlarouteducinema.com/archive/2014/03/28/real-de-kyoshi-kurosaza-5334654.html

Je découvre qu'il a une filmo très très longue ce garçon.
Hélas les mauvaises critiques m'ont éloignée du Secret de la chambre noire qui était bien ridicule parait-il et il n'était resté qu'une petite semaine chez moi. Pas bon signe. Et Tahar Rahim continue avec une belle constance depuis Un prophète où il était prodigieux à mal choisir ses films :-('

Et à force de dire qu'il est jeune... il finit quand même par avoir 61 ans ce Kurozawa :-)

Martin a dit…

Je viens d'ajouter ton lien. Il m'avait échappé !

Oui, Kiyoshi Kurosawa est assez prolifique. Et encore méconnu, il me semble.
Je n'ai pas vu "Le secret de la chambre noire", mais je suppose qu'Arte, un jour...
J'avais surtout envie de le voir pour Olivier Gourmet. Tahar Rahim a du mal à décoller vraiment.

princécranoir a dit…

Kiyoshi Kurosawa est un réalisateur pour lequel j'ai beaucoup d'admiration. Sans complètement rejeter en bloc "Real", j'avoue qu'il ne représente à mes yeux qu'une figure mineure de sa filmo, et lui préfère comme toi "vers l'autre rive" (je n'ai pas encore vu son monumental diptyque "Shokuzai").
Comme Pascale, je n'ai pas eu la témérité de passer à travers le rideau critique pour percer "le secret de la chambre noire".

Chez Sentinelle a dit…

Je suis complètement passée à côté de "Real", diffusé dernièrement à la télé. Pour tout te dire, j'ai piqué du nez plusieurs fois pendant ma vision (c'est mon grand drame de ces dernières années, je roupille avec une facilité déconcertante devant les films, je me désespère de moi-même). Enfin bref, je ne l'ai même pas vu jusqu'au bout et je n'ai plus le courage de le reprendre là où je l'ai laissé. Comme toi, je pensais que ce film était beaucoup plus vieux, d'au moins une bonne dizaine d'années. Comme c'est étrange. Bref, c'est son film le plus décevant vu à ce jour du réalisateur. Il faut dire que j'avais beaucoup aimé les autres.

Pascale a dit…

Direction Shokuzai le Prince et au galop !!!

Martin a dit…

@Princécranoir:

Gageons que cette petite route n'affectera pas durablement ton avis sur notre ami Kiyoshi.
Moi qui croyais que beaucoup avaient découvert ce Kurosawa avec le diptyque "Shokuzai"...

Le bon côté des choses, c'est que tu as encore un bon gros morceau à découvrir !

Martin a dit…

@Sentinelle:

Nous avions parlé de Kiyoshi Kurosawa dernièrement, je me souviens.

Si tu n'as pas vu ce film jusqu'au bout, tu as raté quelque chose d'important.
Cela dit, je comprends que ça t'ait déçu. Quelques jours plus tard, mon impression reste mitigée.

Martin a dit…

@Pascale:

Comme tu fais ta cheftaine ! Bon, cela dit, tu as raison: "Shokuzai" doit être rattrapé !

Chez Sentinelle a dit…

@Martin : Si tu n'as pas vu ce film jusqu'au bout, tu as raté quelque chose d'important.

Je prie instamment les personnes qui n'auraient pas vu le film de ne pas me lire.

Mon mari, qui a l'art de deviner bien avant moi les prochains rebondissements d'un film (bonjour le suspens, j'en ai fait mon deuil), m'a dit très rapidement qu'il pensait que c'était lui qui était dans le coma. Etait-il dans le bon ?

Martin a dit…

AMIS LECTEURS, ATTENTION AU SPOILER CI-DESSOUS !
Sentinelle, il y a du vrai dans ce que tu suggères. Mais je pensais plutôt à l'apparition d'un animal...

tinalakiller a dit…

Pour ma part, même si j'avais compris le "truc" assez rapidement, et que le film a quelques fragilités, j'ai tout de même apprécié ce Real !

Martin a dit…

Ton enthousiasme fait plaisir à voir, Tina ! Et c'est cool d'avoir quelqu'un pour défendre le film !