jeudi 26 janvier 2017

Juif malgré lui

J'aime aller au cinéma pour débuter l'année, mais je n'en ai pas toujours l'opportunité. C'est donc bel et bien à la téloche que j'ai vu mon premier film du millésime 2017: Les aventures de Rabbi Jacob. En son temps, ce classique avait attiré près de 7,3 millions de rieurs dans les salles françaises. Et pour moi, ça restait encore... un inédit !

Maintenant que je l'ai vu, je peux vous dire (ou plutôt vous rappeler) que le film démarre à New York, à l'heure où un rabbin très aimé quitte sa communauté pour rejoindre une partie des siens en France. Dans le même temps, un notable français quelque peu irascible chemine de Normandie à Paris, dans le but de marier sa fille au fils d'un général. Quelques mésaventures plus tard, notre homme affronte plusieurs individus peu fréquentables dans une usine à chewing-gums et se voit contraint de venir en aide à un Arabe menacé de mort. Passons sur les détails, voulez-vous ? Les aventures de Rabbi Jacob n'est qu'une comédie très franchouillarde parmi (beaucoup) d'autres...

Vous le savez peut-être ou l'aurez imaginé: quand les protagonistes principaux se croiseront, les quiproquos s'accumuleront, bien sûr. Chaque gag ou presque repose ici sur l'idée qu'un homme généreux passe pour un malotru, tandis qu'un teigneux au racisme mal assumé se retrouve dans la peau d'un "étranger". Si vous aimez l'humour subtil, inutile de vous attarder: on mise sur la grosse poilade. Pourtant, avec l'abattage de Louis de Funès, ça peut encore passer aujourd'hui comme une référence du genre, surtout avec la musique de Vladimir Cosma - et une scène chorégraphique assurément culte - pour emballer le tout. Rien d'inoubliable, mais rien de honteux, donc. Les aventures de Rabbi Jacob est un peu dépassé, mais j'ai vu pire. Nommé aux Golden Globes, le film est même porteur d'un message tolérant, aspect que je n'aurais sans doute pas envisagé en amont ! Comme quoi, même au cinéma, il faut toujours éviter les préjugés...

Les aventures de Rabbi Jacob
Film français de Gérard Oury (1973)

Bon... on passera vite à autre chose, hein ? Si l'incontestable talent comique de Louis de Funès fait encore recette, il est possible également de trouver mieux dans les (vastes) rayons de la comédie française. Maintenant, si vous voulez absolument retrouver l'acteur dans ses oeuvres, je vous conseille volontiers Oscar ou Le tatoué. Sans exclure en fait que ce soit Un grand seigneur que je préfère...

14 commentaires:

newstrum a dit…

Un classique de la comédie française et l'un des meilleurs film joués par De Funès. Après, c'est le type même de film que l'on apprécie différemment sans doute selon qu'on l'a découvert enfant ou adulte. J'ai vu et revu Rabbi Jacob enfant et mon regard sur le film est sans doute biaisé, mais je le crois plus subtil que ce que tu écris. Plusieurs scènes restent d'une drôlerie irrésistible et le film utilise intelligemment la caricature pour renverser les préjugés des racistes. Et le tout est filmé par Oury avec une maitrise certaine. Bref, je te trouve bien dur avec ce classique de Fufu, spectacle familial bon enfant, que bien peu de comédies françaises de ces dernières décennies surpassent à mon avis. :)
Strum

newstrum a dit…

Je rajoute que c'est aussi une comédie populaire d'un autre temps, où la tolérance finalement pronée ne cherche pas à gommer les différences entre les uns et les autres, qui sont certes grossies et gentiment moquées mais aussi in fine acceptées.
Strum

Laurent a dit…

J'ai beaucoup d'affection pour cette comédie populaire, au sens noble du terme (bien différent du sens qu'on lui accole aujourd'hui). Même si j'y préfère "La grande vadrouille", c'est un de mes films de Oury préférés, en grande partie grâce au génie comique de Louis de Funès.

Chez Sentinelle a dit…

Je rejoins totalement Laurent et Strum. Je crois que le fait de l'avoir vu, revu, rerevu (bon j'arrête là) étant enfant doit avoir un fort impact sur le regard que je continue à lui porter. Alors il est possible que je retombe en enfance le temps de la vision du film mais je le regarde toujours avec autant de plaisir. Et cette musique ! Et cette danse ! Et cette chevelure rousse qui se déploie et le coup de foudre que s'en suit ! Trop bon.

Martin a dit…

@Strum (première !):

Je suis d'accord avec toi :le traitement du racisme est malin, dans ce film, et apporte un souffle à cette histoire, dont on ferait bien de s'inspirer aujourd'hui. La franche poignée de mains entre les personnages d'abord présentés comme antagonistes délivre un vrai message de fraternité, auquel j'ai été sensible.

Certains éléments comiques m'ont paru moins réussis, mais je veux bien admettre que je chipote.

Martin a dit…

@Strum (deuxième !):

Ce que tu dis est très juste. Les différences entre les personnages sont finalement acceptées.
Cela rend d'ailleurs le propos éminemment sympathique. Sur ce point, c'est vraiment un chouette film !

Martin a dit…

@Laurent:

"La grande vadrouille" ! Voilà un film qu'il me faudrait revoir !
Dans le tandem De Funès / Bourvil, j'ai de fait une grande sympathie pour le second.

Martin a dit…

@Sentinelle:

Je suis assez fan également de la musique et de cette chorégraphie qui a traversé les années.
Le coup de la chevelure, je l'avais un peu vu venir, mais c'était sympa de croiser Miou-Miou dans ce film !

Vos messages me font penser que j'aurais mieux aimé le film si je l'avais découvert plus jeune.
Grand respect pour vos avis à tous, dans lesquels je ne trouve rien qui me place en désaccord avec vous.

tinalakiller a dit…

Pour ma part, Rabbi Jacob fait partie des films de mon enfance (comme beaucoup de films avec De Funès - ma mère en est archi-fan). Du coup je ne me lasse pas de le revoir : disons qu'en le revoyant, je remarque toujours de nouvelles choses. Et puis, De Funès est magistral dedans, et le film d'une folle énergie et bien écrit.

Martin a dit…

C'est à se demander comment j'ai réussi à ne pas le voir quand j'étais gosse...
Rien à redire sur l'énergie du film: c'est vrai que le rythme ne faiblit jamais !

ideyvonne a dit…

Un film qui nous laisse entrevoir les tours jumelles du WTC (au début du film) avec au final ce message de tolérance et d'acceptation entre les peuples...

Martin a dit…

C'est vrai qu'on voit les tours jumelles !
Un autre temps... espérons donc que le message soit encore entendu.

Pascale a dit…

La chorégraphie est EXCEPTIONNELLE.

Et le "mais alors Salomon vous êtes juif ?" inoubliable.
Cette comédie survoltée ne serait sans doute pas ce classique sans le génie de De Funes capable de jouer ce bourgeois beauf raciste à la tête farcie de préjugés et de le rendre sympathique.

De mémoire n'y aurait-t-il pas Miou miou dans l'hélicoptère ?
Et Claude Giraud était tout choupinou.

Hélas n'aurais je pas entendu parler de remake ou de suite ??? L'intérêt m'échappe.

Martin a dit…

Bien d'accord avec toi sur les deux premiers points.
De Funès est excellent et d'une grande précision comique, mais son personnage de petit teigneux est assez répétitif.

Je confirme pour Miou-Miou, la fille de Monsieur, et son immense chevelure de feu !
Parmi les Claude du film, Giraud est bien aussi, mais j'ai préféré Piéplu.

Un remake ou une suite ? Ce serait effectivement tout à fait dispensable !