samedi 20 août 2016

Prochainement...

Suis-je revenu ? Non, pas encore. Cette chronique est simplement là pour vous confirmer la reprise du fil régulier du blog à partir de lundi midi. Dans un premier temps, vous lirez mon avis sur quelques films vus avant mon départ en vacances. Je n'ai aucun changement majeur à signaler pour cette rentrée, mais suis content de vous "retrouver" !

Pour l'heure, si tout se passe comme je le prévoyais le jour où j'ai préparé ce petit teaser, je dois être en chemin pour attraper le train qui me ramènera chez moi. J'ai largement déserté les cinémas pendant mes vacances et me mets donc - dès aujourd'hui - à l'écoute de vos conseils pour d'éventuelles séances de rattrapage aoûtiennes. C'est aussi que j'ai un léger retard sur mon rythme(-record) de 2015...

Et vous, les ami(e)s ? J'espère que vous n'êtes pas restés cloués au lit par quelque pathologie que ce soit. Avez-vous pu profiter d'un break estival ou est-il encore à venir ? Je suis passé sur quelques blogs familiers depuis une petite semaine et me suis du coup fait une idée sur la question, mais n'hésitez pas à me donner de vos nouvelles ! Vous permettrez que je ménage encore un tout petit peu de suspense quant aux titres des films que je chroniquerai d'ici la fin de ce mois. Seule indication: les cinq prochains viendront de cinq pays différents.

----------
Et les images, alors ?
Les deux photogrammes choisis pour illustrer ce texte de pré-rentrée sont issus d'À bord du Darjeeling Limited, cinquième des huit films de l'Américain Wes Anderson, sorti en 2007. J'en reparlerai... un jour.

4 commentaires:

Chez Sentinelle a dit…

Bon retour cher ami. J'avais reconnu les photos du film À bord du Darjeeling Limited, un de mes préférés du réalisateur Wes Anderson :) Pas beaucoup de conseils à te donner question cinéma, car en été je privilégie avant tout la lecture en terrasse. Deux films me tentent néanmoins : Folles de joie de Paolo Virzì et Toni Erdmann de Maren Ade. Je suis allée voir La Tortue rouge mais je suis revenue un tantinet déçue. Rien à redire sur l'animation,, superbe visuellement (et quel bon travail sur le son aussi), mais je l'ai trouvé un peu pauvre au niveau du scénario. Sur ce, bonne reprise Martin !

Martin a dit…

Merci, Sentinelle ! La chose drôle est que, côté lectures, j'ai vu chez toi que tu étais plongé dans un roman de Kazuo Ishiguro... comme moi. Nous aurons l'occasion d'en reparler.

Côté cinéma, j'irai sûrement voir "Toni Erdmann", peut-être dès ce week-end. Je crois que j'ai raté "Folles de joie", dont je ne faisais pas une priorité, mais que j'aurais volontiers découvert avec un peu plus de temps (il faut faire des choix, en vacances, et les miens m'ont plutôt détourné des salles obscures). Désolé que "La tortue rouge" t'ait quelque peu déçu, mais je peux comprendre ton impression de légère pauvreté scénaristique.

Chez Sentinelle a dit…

Bonne idée de lecture que celle de se plonger dans un roman de Kazuo Ishiguro. Je suis assez fan de cet auteur, ayant déjà lu Quand nous étions orphelin (lecture qui date, je me suis promise de le relire un jour), Auprès de moi toujours (coup de cœur) et Le Géant enfoui (coup de cœur). J'en reparlerai plus longuement sur mon blog dans les jours qui viennent, et j'espère que nous aurons à ce moment-là l'occasion d'en reparler. Je lis en ce moment son premier roman, Lumière pâle sur les collines, qui sous ses airs de grandes simplicités est sans doute le plus énigmatique (et le plus japonais) de ses romans lus jusqu'à présent.

J'ai beaucoup aimé Toni Erdmann, très riche tant il brase beaucoup de thèmes, mais aussi très riche sur le plan des émotions, tant il est tout à la fois drôle, dérangeant, triste, surprenant, émouvant... A ne pas manquer donc. Le fait qu'il n'ait pas reçu un prix au Festival de Cannes décrédibilise encore un peu plus à mes yeux cette institution.

Folles de joie est sorti récemment sur non écrans. C'est un film avec beaucoup de qualités mais qui sort moins des sentiers battus que Toni Erdmann. A conseiller à mon avis, mais pas "à ne pas manquer" ;-)

Martin a dit…

Il est certain que nous reparlerons bientôt de Kazuo Ishiguro "chez toi". Je savoure cette découverte !

"Toni Erdmann" fait toujours partie de mes (grosses) envies du moment. Je ne condamne pas tout le Festival de Cannes pour l'absence de prix décerné, car il s'agit toujours pour moi de la décision éminemment subjective d'un jury de neuf personnes seulement ! Le rendez-vous de la Croisette reste à mes yeux très important pour apporter sur le territoire français (et parfois européen) des films qui ne seraient jamais venus autrement. Quelque chose me dit que "Toni Erdmann" ne serait pas sorti en France s'il n'était pas passé, avec une très bon bouche-à-oreille critique, au Festival.

Que je voie "Folles de joie" en salles va aussi dépendre de sa reprise par l'un de mes cinémas de prédilection, qui est encore dans sa pause estivale, mais doit rouvrir mercredi prochain. Je n'en ai pas fait une priorité, mais...