mardi 2 septembre 2014

Douze années

Je le reconnais humblement: Boyhood a mis du temps pour apparaître sur mes écrans radars. C'est quand sa promotion médiatique a débuté que j'en ai entendu parler. Le film a fait le buzz autour de son concept audacieux: montrer pendant douze ans la vie d'une famille américaine ordinaire. Le récit tourne en fait autour de Mason, un petit garçon que la caméra va suivre jusqu'à son entrée à l'université. Belle idée !

Ne vous y trompez pas: Boyhood n'est en rien un documentaire. Mason et les siens n'existent que dans l'imaginaire d'un artiste prolifique, Richard Linklater, signataire d'une quinzaine d'autres films en 30 ans de carrière. Le culot narratif dont il fait preuve ici donne tout son sens à une démarche créative inscrite dans la durée. Il faut souligner toutefois que le réalisateur-scénariste a eu de la chance avec ses acteurs. Du côté des adultes, le talent de Patricia Arquette et Ethan Hawke n'étonnera pas forcément les habitués des circuits indépendants de l'Amérique cinéphile. Reste à apprécier l'émergence d'un talent avec le jeune Ellar Coltrane, filmé de 8 à 19 ans ! L'intrigue lui offre une soeur: la fille du cinéaste, Lorelei Linklater. Qu'ajouter à cela ? Le pari est réussi: on croit voir une vraie famille.

Il est alors assez facile - et recommandé ! - de s'y attacher. Nostalgique parfois, le film a des allures de douce comédie humaine. Certains regretteront qu'il ne reflète pas plus intensément l'histoire tourmentée de l'Amérique de ces années-là, après le 11 septembre. D'après moi, ce n'est pas le propos: Boyhood s'intéresse avant tout aux êtres, bien plus qu'aux événements. C'est ce qui peut lui donner un aspect inédit dans l'histoire du septième art: le temps passe inéluctablement et c'est sans maquillage que les comédiens vieillissent, ensemble et avec lui. Le dispositif peut alors émouvoir comme le ferait un miroir, toute nouvelle ride ramenant à la mémoire son lot de souvenirs enfouis. Le portrait de groupe est donc réussi. Peut-être manque-t-il juste d'une dimension un peu plus universelle...

Boyhood
Film américain de Richard Linklater (2014)

Récompensé lors du dernier Festival de Berlin, le long-métrage semble bien accueilli (presque) partout où il passe. Public et critique s'emballent de concert - c'est assez rare pour être souligné ! Je vois peu d'équivalents dans la filmographie mondiale, d'autant moins d'ailleurs que l'histoire tient presque trois heures. On pourrait citer Forrest Gump qui, lui, dit bien davantage sur l'histoire américaine...

----------
Bien sûr, le film fait aussi parler de lui sur Internet...
David de "L'impossible blog ciné" en tire l'une de ses rares chroniques du millésime 2014. Phil Siné, lui, l'évoque dans sa "Cinémathèque". Pascale fait de même sur son propre blog: "Sur la route du cinéma".

Et si, comme moi, vous vous êtes posé la question...
Boyhood, en anglais, ça veut dire "enfance" (de garçon).

2 commentaires:

2flicsamiami a dit…

Je pense que cela doit être intéressant de découvrir le making-of du film tellement le procédé à du être extrême à mettre en place.

tinalakiller a dit…

J'ai beaucoup aimé ce film. L'ensemble est très émouvant, fluide et attachant (comme tu le dis, on a vraiment l'impression de voir une famille). Le seul hic, la dernière partie du film (les dernières années de lycée du héros) un peu trop longue et perd selon moi sa subtilité.