lundi 2 juillet 2018

Déraillement

Ce n'était pas spécialement prémédité, mais j'ai vu un autre film inspiré d'un roman de William Irish. Au passage, j'ai cru comprendre que cette version de J'ai épousé une ombre (I married a dead man) n'était pas la première... ni la dernière. Il existe deux adaptations américaines, de 1950 et 1986, et une du côté de Bollywood, de 1970 !

Le film que j'ai vu est français et a pour vedette Nathalie Baye. Derrière elle, on trouve aussi Richard Bohringer et Francis Huster, Victoria Abril toute jeunette (24 ans) et des acteurs un peu oubliés aujourd'hui, comme Madeleine Robinson et Guy Tréjean, notamment. Point de départ de l'intrigue: enceinte de huit mois, une jeune femme est abandonnée par son compagnon, le futur père de son enfant. Seule et désespérée, elle monte dans un train, y croise alors la route d'une autre future maman partie à la rencontre de sa belle-famille pour la première fois et, petit à petit, s'apaise à son contact. Seulement, un accident survient, auquel l'héroïne survit par miracle ! Pendant une courte hospitalisation, elle passe pour l'autre femme. Quand, honnête, elle tente de rétablir la vérité, le personnel médical met ses dénégations sur le compte de l'émotion forte qu'elle a subie. La suite ? Je crois bien que je vous laisserai la découvrir, cette fois...

Qu'ajouter ? Le long-métrage n'est pas antipathique, mais il a un côté assez plan-plan, ce qui m'a quelque peu désarçonné. Le personnage qu'interprète Nathalie Baye est parfois un peu trop "à fleur de peau" pour être jugé crédible, à mon sens. Il n'évolue que très peu, en fait. C'est d'ailleurs, je crois, un problème général: J'ai épousé une ombre part d'un postulat intéressant, mais, ensuite, il ne fait que tourner autour d'archétypes - la gentille vieille dame compréhensive, le salaud intégral, la femme jalouse ou le beau-père un peu naïf. Sur la retenue ou mal dirigés, les comédiens font simplement le job, sans éclat particulier. J'insiste: je ne veux pas dire que le film est mauvais. Simplement, après le générique final, je me suis très rapidement dit qu'il aurait pu être bien meilleur. Un arrière-goût de frustration, donc. Maintenant, n'exagérons rien: le divertissement reste acceptable. Invraisemblable aussi, sans doute, mais bon... on parle de ci-né-ma ! 

J'ai épousé une ombre
Film français de Robin Davis (1983)
Mon réalisateur du jour, parfait inconnu, n'est pas François Truffaut. Il n'a pas non plus le talent - un peu pervers - d'Alfred Hitchcock. Résultat: contrairement à Fenêtre sur cour, La mariée était en noir ou La sirène du Mississipi, sa relecture de William Irish reste sage. L'envie me vient de découvrir le roman pour une juste comparaison. Au fait ! Nathalie Baye joue aussi dans Le retour de Martin Guerre...

12 commentaires:

Chez Sentinelle a dit…

Coucou Martin,

J'ai vu ce film à l'époque, mais il ne m'en reste absolument rien. C'est triste. Mais le titre m'est resté en mémoire (assez réussi, je trouve). Bref, c'est bien peu.

Martin a dit…

Le titre est bien, oui. Le film s'oublie vite.
Nathalie Baye a l'air un peu nunuche, par moments. C'est l'époque qui veut ça, peut-être.

Pascale a dit…

Ah la vieillerie !!! Nathalie est parfaitement nunuche tu as raison et Madeleine Robinson qui tombe sous le charme... Ça n'avait aucun sens.
Robin Davis a fait un autre film connu... mais il faut que je creuse.

Pascale a dit…

La guerre des Polices.

Martin a dit…

@Pascale 1:

La prestation de Richard Bohringer sauve un peu l'affaire.
Il est clair que j'aurai vu beaucoup d'autres choses bien plus modernes cette année.

Martin a dit…

@Pascale 2:

Merci pour cet autre titre. Mais je crois que je vais faire l'impasse...

Pascale a dit…

Mais alors pourquoi tant d'étoiles? Ça m'échappera toujours :-). Étant donné la piètre qualité du film, de l'interprétation (sauf Bohringer bien beau tout jeunot), des personnages qui n'évoluent pas... et ton ressenti. 2, ça aurait été bien payé.

La guerre des Polices etait meilleur. Clichetonneux et mal recu par ma critique il me semble... mais quel casting encore une fois. À croire que tout le monde voulait ce jeune réalisateur sur son CV.

Martin a dit…

Je vais finir par revoir mon système de notation. Ou décider de me passer de note.

Pour ce qui est de Robin Davis, les effets de mode, parfois… tout le monde l'a oublié, aujourd'hui.
Je vois (sur Wikipedia) qu'il a fait peu de films, mais qu'il a aussi été l'assistant de Georges Lautner.

Pascale a dit…

Non les étoiles j'aime bien mais j'ai l'impression que tu hésites à en mettre une ou deux… tout comme à en mettre cinq d'ailleurs :-) et moi je m'y perds car ce film par exemple c'est une ou deux :-) not more.
Je sais que "chez moi" beaucoup… certaines personnes ne regardent QUE les étoiles (ça me désole mais c'est ainsi) sans lire le texte…

Tu as gagné une place pour un film FORMIDABLE. Je suis contente.

Martin a dit…

Je descends en dessous de la moyenne quand j'ai l'impression que le réalisateur se moque du public. Pas quand il fait un film plan-plan. Les étoiles, c'est un peu le mix entre mon appréciation du film et ce que j'en attendais avant de le voir. Mais c'est clair que ce n'est pas forcément très clair et qu'un autre système serait peut-être plus juste.

Quant à la lecture des textes, c'est une autre histoire. Comme tu le sais, il m'arrive aussi de venir ne voir que tes étoiles et de ne relire le texte qu'après coup, une fois que j'ai vu le film que tu as choisi d'évoquer. C'est évidemment dommage de ne pas lire le texte DU TOUT. Les choses vont tellement vite, parfois, sur Internet...

En tout cas, je suis ravi d'avoir gagné ma place ! J'espère que "ton" film passera "chez moi", car la bande-annonce m'a bien intrigué ! Merci à toi.

Pascale a dit…

Que ce soit le réal qui se moque du public ou que le film soit plan plan, c'est toujours ton impression non ?
Même si ce n'est pas volontaire (ce serait un comble) si je m'ennuie "j'pardonne pas" (comme disait Aimé Jacquet).

Je sais que tu dois faire partie de ceux qui lisent.
Moi je te lis toujours car tu ne donnes parfois même pas une idée de l'histoire ;-)

Ce film devrait sortir. On en parle pas mal sur facebook je trouve, et il est ETONNANT... Dans la lignée de Sans un bruit mais encore bien meilleur.

Martin a dit…

Bien sûr qu'il s'agit toujours de mon impression. Tu crois qu'il faudrait mettre des étoiles objectives ?
Moi, je ne me suis pas ennuyé devant ce film. Je l'ai trouvé moyen. Vite vu, vite oublié. C'est tout.

C'est vrai que, pour ma part, j'essaye d'en dire vraiment peu sur l'histoire. Mon idée, c'est de donner envie.
Des fois, ça marche. Des fois, non. Glorieuse incertitude du blog. Et intérêt de la section commentaires.

On reparlera de ton film… un jour prochain. J'ai déjà noté qu'il devait sortir mercredi prochain.