samedi 17 mars 2018

Frères ennemis

Comme moi, vous avez sans doute entendu parler d'une détente relative entre les deux Corée. Je ne sais pas où les deux nations rivales en seront quand vous lirez ces lignes, mais je dois vous dire qu'elles sont toujours en totale opposition dans Joint security area. Est-ce que cela donne un bon film ? Je vais vous le dire maintenant...

Une précision: j'ai découvert ce long-métrage un peu par hasard. Alors invité à dîner chez un ami qui l'avait mis de côté, j'ai répondu favorablement à sa proposition de le regarder. L'élément qui va lancer le scénario est un "incident de frontière", soudain survenu à la lisière de la zone démilitarisée entre les deux pays. Nous suivrons les pas d'une jeune enquêtrice, Suissesse d'origine coréenne, accompagnée par un collègue suédois. Ce n'est qu'une étape avant un flashback retraçant les (tragiques ?) événements tels qui se sont déroulés. Rassurez-vous: Joint security area sait ménager un certain suspense et ne dévoile ses secrets qu'au compte-gouttes. C'est très bien ainsi !

Cela dit, pour être honnête, je ne me suis pas tout à fait emballé. Assez long et parfois légèrement nébuleux pour un public occidental peu au fait des réalités coréennes, le film exige de son spectateur une certaine concentration... que je n'avais pas en le regardant. Cependant, je ne dirai pas que tout est à jeter, bien au contraire. Exempt du manichéisme propre à bien des productions, ce récit venu de la lointaine Asie donne à voir des acteurs impliqués, qui délivrent un message inattendu à qui considère les Corée comme des ennemies irréconciliables. Attention: la dynamique demeure assez sanglante. Disons pour conclure et résumer mon propos que Joint security area manque d'un petit quelque chose pour atteindre les hauts sommets. Le truc, c'est que je n'arrive pas vraiment à mettre le doigt dessus...

Joint security area
Film coréen de Park Chan-wook (2000)

La réputation du cinéaste n'est plus à faire, lui qui marqua les esprits cannois avec le coup de force Old boy (Grand Prix du jury 2004). Bon... il me reste beaucoup à découvrir dans sa filmographie complète, mais je redis avoir beaucoup aimé le récent Mademoiselle. L'idée que le reste me plaira forcément n'est pas une évidence absolue, à ce stade de la discussion. Mais je tâcherai de m'y frotter...

----------
Je finis avec une bonne nouvelle pour les fans...
En France, le film n'était jusqu'à présent sorti qu'en DVD. Une copie restaurée est attendue dans les cinémas à partir du 27 juin prochain !

8 commentaires:

Pascale a dit…

Je ne l'ai toujours pas vu alors que j'adore ce réalisateur (et tous les coréens :-) )
Ma "rencontre" avec Park Chan wok (un type ADORABLE) à Beaune l'année dernière m'a donné très envie (il a 1000 anecdotes sur sa vie et ses films) de voir ce film mais ce nest toujours pas fait. J'attendrai peut-être fin juin alors. En salle c'est toujours mieux.

Martin a dit…

Je te souhaite donc de le découvrir dans les meilleures conditions possibles.
Dis… tu ne nous redonnerais pas quelques détails sur ta rencontre avec Park Chan-wook ?

Strum a dit…

Pas vu non plus. Je suis fâché avec Park depuis que j'ai vu son minable Old Boy que j'ai détesté (je n'aime pas la provocation et le sadisme pour le plaisir de la provocation et du sadisme au cinéma). Cela dit, Mademoiselle était pas mal en effet et je possède JSA en DVD. Je le verrai donc peut-être un jour.

Martin a dit…

Je suis comme toi: je n'ai pas du tout aimé "Old boy". Le reverrai-je ? Pas sûr.
"Joint security area" me paraît moins sadique. Mais je ne suis pas sûr que tu accrocheras...

Pascale a dit…

C'est vrai que j'avais tout gardé pour moi et écrit juste un paragraphe. Jai toujours l'impression que personne ne lira... (à part toi).
C'est un garcon TRÈS cultivé et plein d'humour délicat. En contradiction avec son cinéma souvent violent (j'ai adoré Old Boy). Pour lui tout est de l'humour. Il n'est pas dans la provoc. Pour JSA il parlait de l'absurdité de la situation pourtant réelle.
Helas j'ai oublié les détails mais il parlait des conditions de vie, de sa hâte de quitter la Corée pour être libre, des contraintes imposées aux étudiants et des films qu'il découvrait en cachette tant la censure est grande.
Désolée d'en dire si peu. Je me souviens d'un très beau moment.

h1ttp://www.surlarouteducinema.com/archive/2017/04/03/festival-international-du-film-policier-de-beaune-2017-le-bi-5928768.html

tinalakiller a dit…

Je comprends ton petit scepticisme : je ne pense pas non plus qu'il s'agit d'un grand film, il lui manque quelque chose. Mais pourtant, il s'agit paradoxalement un de mes PCW préférés dans le sens où il m'a vraiment émue, je m'y attendais pas du tout !

Martin a dit…

@Pascale:

Ah ! Comme quoi, les Coréens et toi, ça peut fonctionner !
Blague à part, un grand merci pour cette jolie anecdote. Ça a dû être un chouette moment !

Martin a dit…

@Tina:

Respect pour ton point de vue et ton émotion.
Pour ma part, n'ayant encore vu que trois Park Chan-wook, j'ai du mal à établir une hiérarchie.