lundi 13 février 2017

Le disciple de l'ours

J'ai vu il y a peu une vidéo sur le Net qui expliquait que le cinéma d'animation japonais était divers et devait à ce titre être considéré au-delà des productions du prestigieux studio Ghibli. Cela m'a donné envie de me pencher sur la provenance de ces films - j'y reviendrai peut-être. À ce jour, je veux d'abord évoquer Le garçon et la bête...

Ron, un garçon de neuf ans, vient de perdre sa mère. Sans nouvelles de son père, il refuse de vivre chez d'autres personnes. Il s'enfuit donc dans les rues très animées d'un quartier de Tokyo et se retrouve soudain... dans un royaume 100% animal. Au mieux, sa présence étonne et au pire, elle inquiète ! Pourrait-il cependant, en forçant quelque peu sa nature, s'intégrer et alors tenir lieu de disciple à l'ours mal léché qui brigue le statut de maître de toutes les bêtes ? Pas sûr. C'est que le souverain du moment est un lapin, qui décidera peut-être de céder sa place à un autre concurrent, qu'il juge beaucoup plus zen. Bref... vous l'aurez compris, Le garçon et la bête nous entraîne rapidement dans un monde imaginaire. C'est l'un des atouts majeurs de ce très beau dessin animé, d'une durée de (presque) deux heures !

Je n'ai pas envie de trop vous en dire, mais ce que j'ai trouvé intéressant aussi, c'est que les personnages ne restent pas enfermés du côté des animaux. Stop ! Maintenant, je me tais ! Sur le plan technique, Le garçon et la bête est à mettre dans le haut du panier. Rien à voir avec le style Miyazaki, par exemple, mais l'animation générale est soignée et propose quelques séquences très immersives grâce à l'apport (ponctuel) de la 3D. Et, étant donné que le film s'avère un peu plus long que la moyenne, vous aurez tout le temps d'apprécier le voyage. Une précision pour les parents: les dialogues contiennent quelques termes un peu crus, ce qui les disqualifie peut-être pour les plus jeunes enfants. L'intrigue est assez complexe et le ton un peu sombre, parfois: à conseiller plutôt aux ados, donc. Les adultes un peu geek comme moi devraient s'y retrouver également. La japanimation est vraiment pleine de belles surprises...

Le garçon et la bête
Film japonais de Mamoru Hosoda (2015)

Du même réalisateur, il faut que je voie Ame et Yuki, les enfants loups. Promis: j'en reparlerai ici même, aussitôt que ce sera fait. Avant cela, je vous laisserai consulter ma page "Cinéma du monde" pour retrouver quelques autres pépites de l'animation made in Japan. En admiration devant Le conte de la princesse Kaguya, je poursuis ma propre exploration et n'ai pas dit mon dernier mot côté émotion...

----------
Ce film entre dans mon Movie Challenge...

Je l'utilise pour répondre au défi n°25: "Un film d'animation".

Et si vous voulez un autre avis que le mien...
C'est simple: vous pouvez aussi lire ceux de Laurent et Princécranoir.

8 commentaires:

Chez Sentinelle a dit…

J'ai beaucoup aimé Ame et Yuki, les enfants loups, et je pense que tu t'y retrouveras aisément également. Je vais essayé de voir Le garçon et la bête dans les jours qui viennent :)

Martin a dit…

Et une chronique à surveiller sur ton blog, une !
J'espère que le film te plaira et serai curieux de lire tes impressions.

Laurent a dit…

Merci pour le petit clin d’œil, Martin. Ce film fut une vraie belle surprise...

Martin a dit…

C'est toujours un plaisir pour moi, cher ami.
Il m'a semblé particulièrement intéressant de souligner que je n'étais pas le seul à avoir apprécié ce petit film !

princécranoir a dit…

Tous les films de Hosoda (qui représente vraiment à mes yeux la relève de l'animation japonaise) sont à voir. Celui-ci est splendide, mais tu devrais te régaler plus encore avec l'histoire d'Ame et Yuki.
Très beau aussi, je conseille le récent "Your name" d'un autre prodige nommé Shinkai.

Martin a dit…

Je suis allé voir l'âge de Hosoda, du coup, et en effet, il pourrait être la nouvelle tête d'affiche de la japanimation.
N'enterrons pas trop vite les vieux senseïs, tout de même, qui ont peut-être encore quelques mots à dire.

Pour ce qui est de Makoto Shinkai (encore plus jeune !), il se peut que… mais chut, je n'ai rien dit !

Chez Sentinelle a dit…

Ca y est, je l'ai vu ! Et je l'ai beaucoup aimé. Bizarrement, j'ai pensé aussi au Livre de la jungle de Rudyard Kipling, il y a comme des ressemblances parfois. Un grand souvenir d'enfance ça : Oh, oobee doo, I wanna be like you, I wanna walk like you, Talk like you, too. Hmmm je m'égare. Bref, c'était très bien :)

Martin a dit…

C'est gentil d'être revenue me/nous livrer tes impressions.
Je suis content que le film t'ait plu. Le parallèle "Livre de la jungle" se tient. Récit initiatique !