vendredi 28 octobre 2016

Burtonien ?

J'ai vérifié pour en avoir le coeur net: Miss Peregrine et les enfants particuliers est le premier film de Tim Burton que j'ai découvert depuis presque quatre ans. Je n'ai jamais été un vrai inconditionnel du réalisateur aux cheveux fous, mais j'ai de l'estime pour lui. D'aucuns affirment que ce film était son meilleur depuis longtemps...

Je suis donc allé le voir, pour me faire ma propre idée, et l'ai trouvé sympa. J'ai cru cependant ne pas pouvoir en profiter pleinement. Arrivé un peu à l'avance dans la salle, j'avais négligé de... réserver une place particulière. Car oui, j'aurais pu choisir mon fauteuil ! Voyant le film débuter, j'ai craint d'être délogé, quelques spectateurs arrivés tardivement en venant presque aux mains autour du droit d'être assis à l'endroit auto-décidé, dans une salle remplie à 99%. Bref... j'ai finalement échappé au lointain exil forcé. J'ai donc pu découvrir dans des conditions (quasi-)normales le début de l'intrigue. Jacob Portman, un adolescent très ordinaire, perd son grand-père dans de mystérieuses conditions. Il découvre alors que les histoires fantastiques que lui racontait le vieil homme... étaient bien vraies. Après de longues scènes d'exposition, et à l'occasion d'un voyage consolateur au Pays de Galles, il se retrouve propulsé dans le passé. Miss Peregrine, la directrice d'une institution d'accueil de gamins dotés de pouvoirs étranges, l'y attendait. Et une petite bande aussi...

Si je devais dire du mal de Miss Peregrine..., je crois que je citerais prioritairement son rythme mollasson du début et, comme en miroir inversé, sa profusion d'actions débridées (et peu claires) vers la fin. Évidemment, il y a des gentils et des méchants, dans cette histoire ! D'ailleurs, cela aurait pu être traité de toute autre façon, le scénario nous invitant à quitter notre temps pour 1943, sous la menace directe des bombardements nazis. Le grand potentiel de ce cadre historique n'est presque pas exploité et c'est dommage. Cela dit, je confirme l'impression que je vous ai livrée d'emblée: j'ai trouvé le film sympa. Puisqu'il est une adaptation d'un roman, je dirai que Tim Burton rassure en se montrant toujours en capacité d'imager des univers franchement baroques. Il sait s'entourer, aussi, et a peut-être trouvé en Eva Green une muse durable - l'avenir le dira. Je regrette cependant que le jeu des enfants ne soit pas toujours à la hauteur. Samuel L. Jackson a le temps d'en faire des caisses, mais Judi Dench et Terence Stamp sont vite évacués. Et, oui, c'est un peu frustrant...

Miss Peregrine et les enfants particuliers
Film américain de Tim Burton (2016)

Il se peut que je reçoive avec envie le prochain film de ce brave Tim. Burton redresse la barre, d'une certaine façon, et montre des signes encourageants pour la suite de sa carrière. À confirmer, donc. Maintenant, d'ici là, il serait bien aussi que je voie ses films anciens restés inédits pour moi, tels Edward aux mains d'argent. Voyez-vous d'autres cinéastes aussi vite identifiables, dans le fantastique, vous ?

----------
Le film reçoit un accueil contrasté...
J'ai pu constater que Dasola et moi étions d'un avis assez proche. Tina, en revanche, se montre nettement déçue - et l'explique bien.

12 commentaires:

ideyvonne a dit…

Dans l'ensemble j'aime bien les univers burtonniens mais je ne sais pas pourquoi, ce film ne m'inspire pas. Cela dit, j'ai peut-être tord mais j'attendrai de le voir à la TV car ça me coûtera pas un rond :)

princécranoir a dit…

Je prends bonne note de cette critique favorable. Je n'étais pas tenté par celui-là mais à force de lire du bien ici et là de ce dernier Burton, je me dis que j'aurais peut-être dû tenter. Comme Yvonne, je me rattraperai à la maison.

Martin a dit…

@Ideyvonne:

Je dois t'avouer que j'ai un peu hésité. Si je n'avais lu que des critiques un peu tièdes, je me serais abstenu.
Or, même s'il ne me reste pas grand-chose, je ne regrette pas d'y être allé.

Martin a dit…

@Princécranoir:

Même réponse qu'à notre amie: le film n'a rien d'un incontournable, mais il reste sympathique.

tinalakiller a dit…

Tu connais déjà mon avis mais je vois tout de même que le film a ses défenseurs. C'est déjà de bien pour Burton !

Martin a dit…

Je ne suis pas sûr qu'une chronique relativement positive sur "Mille et une bobines" soit vraiment réconfortante pour Tim Burton.

Hé hé ! Je plaisante ! C'est vrai que ce film a été plutôt mieux accueilli que ses prédécesseurs. Notre ami Tim saura-t-il rebondir plus haut ? That is the question. Honnêtement, je le vois mal faire un film très différent des univers qu'il côtoie habituellement. Je crains d'ailleurs que ce "Miss Peregrine" soit prolongé d'une suite plan-plan. Que dire ? Wait and see...

Pascale a dit…

Heureusement qu'il y a Eva Green, sublime... Je n'ai pas trop aimé.

tinalakiller a dit…

Franchement ça me fait de la peine de voir ses derniers films, lui qui est à l'origine de nombreux chefs-d'oeuvre! Après c'est bien qu'il ait son univers mais il n'arrive pas bien à se renouveler. Hélas, je n'en serais pas étonnée, déjà son Alice a eu -il paraît - une suite abominable...

Héhéhéhéhé si ça se trouve, il parle couramment français et passe sur nos blogounets ! :p (bon ok je sors).

Martin a dit…

@Pascale:

Eva Green est très bien, oui. Elle améliore toujours l'ordinaire. Sauf peut-être la suite de "300", que je n'ai même pas tenu à aller voir.

J'espère qu'elle aura un jour un très grand rôle dans un très grand film !

Martin a dit…

@Tina:

Peut-être qu'il a tari son imagination et/ou qu'il se contente de ses acquis.
Une chose est sûre, Tim, si tu nous lis, tu as le droit de te défendre !

tinalakiller a dit…

Ahahah ! :D :D :D
T'en fais pas, Tim, on ne mord pas ! :p

Martin a dit…

Euh... pas moi, en tout cas ! Les autres, je n'en suis pas sûr. Prudence quand même, Tim !