mercredi 24 décembre 2014

Quelqu'un de bien

Je vous le dis tout de suite: c'est ma dernière chronique cette année. Je pense que Mille et une bobines va ainsi faire relâche jusqu'à début janvier. Mais pour vous souhaiter de joyeuses fêtes, je suis heureux d'évoquer aujourd'hui un "film de Noël": La vie est belle, le classique que les chaînes télé américaines diffusent en boucle en cette période. La semaine dernière, j'ai eu l'opportunité d'aller le voir... au cinéma !

Dans La vie est belle, à ne pas confondre avec son homonyme italien signé Roberto Benigni, James Stewart est un jeune Américain déterminé à conquérir le monde - l'action débute dans les années 20. Finalement contraint à reprendre l'entreprise familiale, George Bailey grandit comme le bienfaiteur de sa communauté: toute son énergie est vouée à l'amélioration des conditions de vie de ses concitoyens. Cet altruisme exaspère un dénommé Potter, magnat de l'immobilier obnubilé par la location des taudis qu'il a mis sur le marché. Le film s'avère assez simpliste: la petite ville de Bedford Falls, cadre unique de l'intrigue, est un décor de contes de fées modernisé. Le "gentil" finira-t-il encore une fois par triompher du "méchant" ? L'histoire commence à peine qu'on nous annonce déjà une intervention divine pour garantir cette juste conclusion. Le scénario s'inscrit toutefois dans l'incertitude économique de l'Amérique de l'entre-deux-guerres. Bientôt 70 ans plus tard, le récit est encore très évocateur: si la crise de 1929 est passée, celle que nous traversons lui fait toujours écho.

Cela peut surprendre: le film reçoit un accueil assez froid au moment de sa première sortie, en janvier 1947, de la part des critiques professionnels, mais aussi du grand public. Il semble en fait arriver un peu tard, à une époque où les gens repartaient de l'avant, portés par l'espoir en des jours meilleurs. C'est ensuite que La vie est belle accède finalement au rang d'oeuvre-référence du cinéma américain. Frank Capra, qui s'était lui-même occupé de définir le casting, a eu plusieurs fois la main heureuse: Donna Reed est tout à fait superbe dans le premier rôle féminin, Lionel Barrymore fait un vilain convaincant et je ne vous parle pas des nombreux personnages secondaires ! Excellent lui aussi, James Stewart se serait, dit-on, lancé dans cette aventure les yeux fermés, confiant en un cinéaste avec qui il avait déjà tourné deux fois auparavant. Il parlait du film comme de son préféré parmi tous ceux auxquels il a contribué. Formellement, le long-métrage demeure d'une beauté très classique. Notez qu'il a nécessité la construction d'un décor vaste de 16.000 m² !

La vie est belle
Film américain de Frank Capra (1947)

Souvenez-vous: l'année dernière, pour marquer cette fois l'occasion de la Saint-Sylvestre, j'avais présenté Le magicien d'Oz. Il est vrai que, côté scénario, le film ne ressemble en rien à celui dont j'ai parlé aujourd'hui. Toutefois, c'est vers ce genre d'oeuvres patrimoniales que mon regard se tourne pour un réveillon de cinéma. Il est permis de préférer L'étrange Noël de Monsieur Jack, dans un autre genre...

----------
Frank Capra parle aussi aux maîtres actuels...
Steven Spielberg utiliserait très souvent La vie est belle pour montrer à ses équipes le ton général qu'il souhaite donner à ses propres films.

Attention, donc, à ne pas confondre...
La vie est belle
est aussi le titre d'un film de Roberto Benigni, sorti en Italie fin 1997 et Grand Prix du jury à Cannes en 1998. Je souligne aussi que Frank Capra n'est pas Robert Capa, célèbre photographe américain, connu - entre autres - pour ses images du Débarquement.

Vous voulez en lire davantage ?
"L'oeil sur l'écran" accorde parle du film en détail et lui accorde la note maximale: cinq étoiles. Princécranoir, lui, n'en dit rien, mais évoque Vous ne l'emporterez pas avec vous, un autre Capra avec le duo James Stewart / Lionel Barrymore. C'est à découvrir sur "Ma bulle".

20 commentaires:

Loic a dit…

Merci de cet avis qui va m'inciter à voir ce film le plus vite possible.....

ideyvonne a dit…

Un très grand classique de Noël et du Kapra comme on les aime :)
Bon Noël !!!

Laurent a dit…

Un bijou que ce film, qui tombe à pic en cette période.
Merci de l'avoir évoqué, Martin !

Martin a dit…

@Loïc:

Merci à vous/toi de me lire. J'espère que le film vous/te sera un spectacle plaisant.

Martin a dit…

@Ideyvonne:

Un classique que je n'avais encore jamais vu et mon tout premier Capra. Je me suis dit que ce serait parfait comme film de Noël et pour cette dernière chronique 2014.

Joyeux Noël à toi aussi !

Martin a dit…

@Laurent:

Merci à toi d'être passé me lire aujourd'hui. Tu auras compris que c'était bien mon attention que le film tombe à pic. J'ai aussi eu de la chance de le voir au cinéma pile au bon moment.

Chez Sentinelle a dit…

J'ai vu quelques Capra dont celui-ci, et j'aime beaucoup ses films, pleins de bonnes intentions. Cela fait du bien aussi parfois. Joyeux Noël et bonnes fêtes de fin d'année.

Martin a dit…

Tout à fait, Sentinelle, ce genre de films, ça fait du bien, de temps en temps. J'ai tout de même noté une certaine noirceur dans "La vie est belle", ce que je n'aurais pas soupçonné a priori. Heureusement, c'est largement compensé par l'optimisme rayonnant de la conclusion.

Très belle fin d'année à toi également.

tinalakiller a dit…

Ce film est tout simplement magnifique. A voir et à revoir, et pas qu'à Noël :)
(PS : Joyeux Noël)

Martin a dit…

Pas seulement à Noël, je suis bien d'accord, Tina. Disons que j'ai donc pensé que c'était la parfaite occasion.

Trop tard pour te souhaiter un joyeux Noël, alors... belle fin d'année !

ChonchonAelezig a dit…

Purée, je l'ai toujours pas vu ! Il faut que je me l'achète, tiens, je le rajoute sur ma liste.

Princécranoir a dit…

Ah, "la vie est belle" ! Longtemps il a été MON film de Noël ! Je l'ai tellement usé dans mes jeunes années que je n'ai même pas encore su lui rendre l'hommage qu'il mérite dans mes colonnes. Mais son souvenir est tellement présent à mon esprit, plus encore quand je parcours les lignes que tu as écrites. Et l'image des Zuzu's petals cachés dans la poche de George Bailey de me faire revenir au coin de l'œil de chaudes larmes.

tinalakiller a dit…

Bonne année également :)

Martin a dit…

@Chonchon:

Rien à redire là-dessus, vu que j'étais dans la même situation que toi il y a à peine un mois ! Je peux en tout cas t'assurer que le film serait un très bon ajout à ta liste de plaisirs cinéma 2015. Plaisirs à partager, bien sûr !

Martin a dit…

@Princécranoir:

Oh oui, le coup des pétales, c'est vraiment une très belle scène ! J'aimerais vraiment lire une chronique du film sur ta "Bulle", l'ami.

Martin a dit…

@Tina: merci, j'espère que la tienne a désormais bien commencé.

ideyvonne a dit…

Un film très peu connu de Noël avec Robert Mitchum (et dans le veinage de celui-ci) est "Holiday Affair" Le titre est carrément trompeur !!!
Je l'ai d'ailleurs chroniqué sur mon blog fin décembre car il gagne a être connu des cinéphiles ;)

Martin a dit…

Merci pour cette piste, Ydeyvonne. Je ne connais pas du tout ce film. Je vais tâcher de noter ça sur mes tablettes pour une occasion prochaine.

tinalakiller a dit…

Pour l'instant ça va (pas de drame, pas malade, tout va bien). J'espère surtout que le reste de l'nnée va bien se dérouler (je ne pense pas qu'il y ait des changements de fou non plus)

Martin a dit…

Qui vivra verra ! Et rendez-vous dans un an pour un autre bilan.