lundi 17 juin 2019

Du côté obscur ?

J'ai lu quelques livres de Stephen King, mais c'est d'abord au cinéma que je dois la découverte de certaines de ses histoires. L'auteur américain ayant été adapté à de très nombreuses reprises, il se peut que j'envisage un jour un best of ou une chronique sur les bouquins. Aujourd'hui, je vais simplement vous parler de La part des ténèbres.

Un peu plus de trois ans auront passé entre la publication du roman originel et cette version destinée aux salles obscures. L'intrigue tourne autour d'un romancier, Thad Beaumont, qui connaît un succès retentissant en écrivant des polars sanglants... sous un pseudonyme. Parce qu'il en a un peu marre et qu'en prime, un maître-chanteur menace de tout révéler, l'écrivain réalise son coming out littéraire. Son idée est en fait de tourner la page et d'écrire des romans différents, d'un style qui lui correspondrait davantage. Le problème étant alors qu'à partir de cet instant, une série de meurtres a lieu dont il devient vite le premier suspect ! Que dire ? Le long-métrage résume en moins de deux heures quelque 700 pages de roman. Objectivement, La part des ténèbres est un film de genre lambda...

En fait, je n'ai vu qu'une illustration (trop) polie du texte originel. Autant le dire: aux States, le film rapporta moins que ce qu'il coûta. Stephen King n'a pas contribué au scénario. Ce qui se passe à l'écran m'est souvent apparu prévisible, tandis que le roman, de mémoire pas-si-lointaine, prenait le temps de camper chaque personnage secondaire, ce qui s'avérait efficace pour faire monter la tension. Évidemment, le septième art exige plus de spontanéité, mais je dois dire qu'à mes yeux, il manque ici une mise en scène inventive. Résultat: me voilà entre deux eaux, avec une histoire intéressante malgré tout, mais une ambiance thriller qui ne décolle pas tout à fait. Les acteurs ? Je n'en connaissais aucun, ce qui ne m'a pas aidé, j'imagine, à me sentir véritablement impliqué. Ce n'est pas grave ! J'étais peut-être trop exigeant avec La part des ténèbres, au fond. Petite info: il fut interdit aux moins de 16 ans à sa sortie en France...

La part des ténèbres
Film américain de George A. Romero (1993)

Bon... ma note reste généreuse, parce que ce n'est pas un navet. L'important (et la difficulté) est pour moi de ne rien dévoiler d'essentiel afin de ne pas gâcher le plaisir des amateurs du genre. Juste un indice: cet opus a un petit point commun avec Les oiseaux. Mais pour ne trembler qu'avec Stephen King, je vous conseille plutôt d'aller chercher au rayon Carrie ou Christine. Bons livres, bons films !

6 commentaires:

Chez sentinelle a dit…

Bonjour Martin,

Lu et vu il y a très longtemps. Du film, je m'en souviens à peine, le roman m'est plus familier et je l'avais préféré aussi. L'acteur Timothy Hutton était déjà un peu connu à l'époque. Il a été oublié à ce point-là pour que tu aies cette impression de ne l'avoir jamais vu auparavant ? Faut croire qu'il n'a pas concrétisé les espoirs qu'il suscitait à ses débuts...

Martin a dit…

Hello Sentinelle,

Eh bien non, je n'avais jamais entendu parler de ce Timothy.
Je suis allé vérifier sa filmo, et, si quelques titres me "parlent", c'est tout.

Pour revenir sur l'opposition film / roman, il est clair que le livre est plus "détaillé".

Pascale a dit…

Ni vu ni lu même si j'ai lu beaucoup de livres de Stephen.
Même si Timothy Hutton n'a pas une carrière de 1er plan, il est quand même pas mal connu je trouve.
Il était notamment l'ado délaissé...dans le 1er film de Robert Redford Des gens comme les autres.

Martin a dit…

Je n'ai pas vu ce premier film de Robert Redford dont tu parles.
Il me faudra saisir la prochaine occasion. Et je suis vraiment passé à côté de ce Timothy...

tinalakiller a dit…

(j'aime bien Des gens comme les autres, bel Oscar pour le petit Timothy de l'époque, on en parle pas assez).
J'ai mis un temps fou avant de découvrir ce film à cause de son interdiction ahaha je m'imaginais des trucs atroces. En fait, non c'est très light et l'histoire plutôt sympa.

Martin a dit…

Moi, je l'ai découvert après avoir lu le bouquin. Pas de surprises.
Je pense que ça paraît light aujourd'hui parce que les effets spéciaux datent un peu.

Content que tu aies aimé, en tout cas, Tina. J'ai moi aussi passé un moment sympa.

PS: je verrai sûrement un jour "Des gens comme les autres". Parce que Robert Redford, quoi !