vendredi 11 septembre 2020

Retour au noir

C'est un fait: la Chine fait partie des pays dont j'ai du mal à croire qu'ils puissent favoriser l'essor d'un cinéma libre et indépendant. Pourtant, il arrive que les faits démentent les préjugés et raccourcis faciles: plusieurs long-métrages récents ont déjà tempéré les miens. Je vais à présent ajouter Une pluie sans fin à mon listing personnel !
 
J'ignore tout des conditions de tournage, mais le fait est que ce film n'est pas tendre avec la société chinoise. Il nous ramène en arrière jusqu'à l'année 1997, alors que Hong-Kong, colonie de l'empire britannique depuis plus d'un siècle et demi, repasse sous le contrôle de Pékin. Aux abords d'un vaste complexe industriel, la police s'affaire autour de la dépouille d'une jeune femme, troisième victime d'un possible tueur en série. Le responsable de la sécurité d'une usine des environs lui prête main-forte, fidèle à sa réputation de limier. C'est à ses faits et gestes que la caméra s'intéresse prioritairement. Comme pour tirer un individu de la masse indistincte des anonymes...
 
En réalité, Une pluie sans fin n'est pas (seulement) un film policier. Bien qu'il respecte les codes du genre, il s'en affranchit rapidement pour dessiner un portrait bien peu flatteur de la société chinoise. Terne, la photo est à l'image du scénario: désespérément plombante. Même quand on découvre que le personnage principal a une amie intime parmi les pauvres hères qui l'entourent, les quelques couleurs qui apparaissent alors à l'image ne suffisent pas à donner le change. Tout espoir de vivre mieux est battu en brèche: le "héros" lui-même estime qu'il ne mériterait guère d'échapper à sa misérable condition et que personne ne pourrait comprendre ses rêves ! Totale noirceur...
 
On est de fait bien loin de la société idéale promue par la République populaire. Une séquence du film illustre la remise de récompenses symboliques à des ouvriers particulièrement efficaces: même ce rituel dérisoire se conclut par un échec cuisant, encore renforcé ensuite lorsque l'entreprise ainsi mise en avant n'a plus que la suppression définitive de la majorité de ses postes comme option économique dans sa lutte pour sa survie. Face à cet univers glauque, on oublie qu'il était d'abord question d'identifier un cadavre et un meurtrier. Les véritables assassins ne sont peut-être pas ceux que l'on imaginait dans un premier temps. Le scénario va voir ailleurs et nous avec lui...
 
Une pluie sans fin
a fait flop: à peine plus de 90.000 spectateurs dans les salles françaises, malgré un accueil critique et une notoriété festivalière plutôt favorables. Il vaut bien mieux que cela, pour sûr ! Après la lecture de cette chronique, j'espère que vous aurez compris qu'il ne faut surtout pas l'appréhender comme un polar "ordinaire". Oubliez la notion de divertissement: ce n'en est pas un, à l'évidence. Son esthétique particulière pourrait, oui, en décourager certain(e)s parmi vous: je le comprends parfaitement, mais tiens à vous dire qu'il s'agit d'un premier film - un opus très prometteur, pour le coup. Le cinéma chinois vous est étranger ? Une occasion de vous y frotter !
 
Une pluie sans fin
Film chinois de Dong Yue (2017)

Pas aimable, mais intéressant pour qui veut bien se donner la peine d'entrer dans un cadre méconnu: je suis ma foi content de l'avoir vu. Un peu dans le même genre, je vous ai parlé de Black coal en avril dernier: on peut le choisir comme la deuxième pièce d'un diptyque. Côté coréen, mon film du jour est comparé à Memories of murder. NB: c'est souvent à son détriment. Retenez plutôt le Mystery chinois !
 
----------
Sur la blogosphère, le film a une petite réputation...
Il fait ainsi l'objet d'une chronique chez Pascale, Dasola, Strum et Lui.

2 commentaires:

princecranoir a dit…

Tu as raison de vanter les mérites de ce film que j'ai vu il y a plusieurs mois désormais (ma chronique est toujours en attente de publication). Un petit côté Memories of Murder dans le contexte d'une Chine en mutation, on peut penser aussi aux films de Jia Zhang-ke, autre contrebandier de talent du cinéma chinois.

Martin a dit…

Je préfère tout de même "Memories of murder", mais je suis bien content d'avoir vu... les deux !
Question pas-si-subsidaire-que-ça: pourquoi parles-tu de contrebandier vis-à-vis de Zhang-ke ?