jeudi 23 octobre 2014

Vortex

Vous le savez peut-être: je suis tellement fou de cinéma que je tiens quelques statistiques sur ce que je regarde, en termes de nationalités et d'époques notamment. Je fais aussi le compte précis des films découverts et de ceux que je revois. Et je ne sais plus vraiment comment classer Un jour sans fin. Disons que que je croyais avoir déjà croisé son chemin, mais qu'alors, je l'avais largement oublié...

Pour ceux qui n'en connaissent rien, je dirai que le film raconte l'histoire de Phil Connors, un journaliste météo chargé annuellement de couvrir un événement saisonnier kitschissime dans une petite ville de l'Amérique profonde: le très fameux... Jour de la Marmotte. L'observation d'un mammifère est alors censée permettre d'envisager si l'hiver va durer ou non. Connors a deux soucis: garder un semblant de motivation pour ce reportage à la noix n'est que le premier. L'autre survient quand il se réveille le lendemain, une fois sa mission accomplie: la même fichue journée recommence à l'identique ! Quelque chose s'est détraqué dans le continuum espace-temps. J'imagine que vous pouvez comprendre seuls les conséquences fâcheuses induites sur l'humeur du déjà très irascible Phil. Évidemment, l'idée est de montrer comment il va réussir à se calmer. Un jour sans fin, c'est logique, prend tout son temps pour avancer...

C'est sans aucun doute avec ce film que Bill Murray a bâti sa notoriété de râleur sympathique. Absurde et fantastique, le long-métrage tourne assez vite à la comédie romantique, quand le cynisme du clown laisse place à un sentiment amoureux pour une consoeur reporter. Andie MacDowell assume plutôt bien ce rôle de premier personnage féminin, mais reste un peu en retrait de son alter ego masculin. Mignon, mais pas folichon sur le plan technique, Un jour sans fin reste une sucrerie qui a su trouver son public. Certains s'amusent même à imaginer le nombre de jours où Connors est resté coincé dans son vortex calendaire. D'autres voient dans son parcours immobile une belle illustration de la logique bouddhiste: il faut prendre l'autre comme il est pour vivre et être heureux. La réussite du film, c'est de savoir garder un bel équilibre, sans être gnangnan. Ne soyez pas timides... vous reprendrez bien un peu de guimauve ?

Un jour sans fin
Film américain de Harold Ramis (1993)
Ce genre de productions ne change assurément pas la face du monde. J'en suis amateur, cela dit: j'apprécie tout particulièrement le côté simple, détaché de prétention et de vulgarité. Je compare cet opus avec les classiques des années 80, et par exemple S.O.S. fantômes. Harold Ramis y est scénariste et acteur, aux côtés de... Bill Murray déjà, en 1984. J'ai aussi aimé Bill dans le mésestimé Broken flowers.

----------
Eux aussi parlent du film...

Elle et lui, les rédacteurs de "L'oeil sur l'écran", l'ont beaucoup aimé. Même constat chez Aelezig, de "Mon cinéma, jour après jour". 

5 commentaires:

Sentinelle a dit…

Certes, ce n'est pas un chef-d’œuvre mais il est franchement amusant et se laisse revoir à l'occasion, quand on ne veut que passer un bon moment sans se prendre la tête.

ChonchonAelezig a dit…

Des stats ? Tu devrais nous les montrer. Moi aussi, j'aimerais bien faire des stats sur les nationalités, les genres, les acteurs... mais non, j'abandonne, j'ai pas le temps !

tinalakiller a dit…

J'ai découvert ce film très récemment (j'ai un peu honte d'ailleurs mais bon) et j'ai adoré ! C'est léger, amusant et en même temps le scénario est brillant. Il est sur le principe répétitif mais jamais on a un sentiment de lassitude. Puis Bill Murray est vraiment énorme et McDowell assez plaisante.

dasola a dit…

Rebonjour Martin, c'est un des films préférés de mon ami. Quant à moi, je l'ai vu plusieurs fois avec plaisir: le couple Bill Murray/Andy Mc Dowell est assez craquant. En revanche, je n'aimerais pas revivre encore et toujours la même journée. Je trouve cela stressant. Bon dimanche.

2flicsamiami a dit…

Une comédie Cher à mon cœur (ceux qui ont vu le film comprendront la référence).