mercredi 21 septembre 2016

Zoom arrière

Le nom de Vivian Maier m'était tout à fait inconnu jusqu'à il y a peu. Encouragé par des échos favorables, j'ai découvert le documentaire qu'un jeune Américain lui a consacré, après avoir remonté le long fil de son existence discrète. Croyez-moi: c'est tout à fait stupéfiant ! L'expression "incroyable, mais vrai" n'a pas toujours été aussi juste...

Vivian Maier était une femme comme tant d'autres, née à New York en 1926 et décédée à Chicago en 2009. Sans jamais les exposer publiquement, sans en parler à beaucoup de monde et sans essayer simplement d'en tirer un revenu, elle réalisa au cours de sa vie quelque 120.000 photos de rue... qu'elle ne put toujours développer ! Le film raconte comme l'un de ses découvreurs, John Maloof, fait l'acquisition en 2007 d'un important lot de films, rouleaux de pellicules et clichés, soucieux d'y trouver de quoi illustrer un livre historique. Quelques mois plus tard, c'est en diffusant certains de ces documents sur Internet et après avoir rencontré un professeur d'art qu'il réalise toute l'importance de sa découverte. À la recherche de Vivian Maier nous plonge alors dans ce que fut la vie de celle qui exerçait simplement le métier de nounou dans les beaux quartiers du New York des années 50-60. Une vie faite d'ombre, mais loin d'être ordinaire...

Moi aussi, à vrai dire, j'ai tâché de rassembler la pelote en un tout conforme à la réalité. Il m'a d'abord semblé qu'il était essentiel d'écrire sur ce film une chronique documentée, appuyée sur des faits avérés. Finalement, la complexité de cette entreprise m'a découragé. Si cela vous intéresse, vous trouverez très facilement, sur Wikipédia notamment, toutes sortes d'infos sur À la recherche de Vivian Maier et sur le parcours de son inspiratrice. La narration du documentaire est assez haletante (et émouvante, oui !) pour que je vous encourage vivement à le découvrir sans trop vous encombrer de renseignements préalables. Chose intéressante: on échappe ici à l'hagiographie béate. Le personnage avait ses côtés sombres: ils sont bel et bien explicités. Bien sûr, le ton reste très clairement positif, de nombreux témoins soulignant d'ailleurs que la "vraie" Vivian Maier en eût été gênée ! L'admiration posthume qu'elle suscite n'en semble pas moins légitime.

À la recherche de Vivian Maier
Documentaire américain de John Maloof et Charlie Siskel (2013)

Pour info, le film a été nommé à l'Oscar, mais s'est finalement incliné face à Citizenfour, une revue des techniques du grand espionnage américain, telles qu'elles furent mises au jour par Edward Snowden. Quoi qu'il en soit, et malgré quelques effets faciles, la matière explorée mérite largement le détour. La force de nombreuses images fixes m'a véritablement sauté à la rétine. Une bien belle découverte !

----------
Un autre regard ?

Oui ! Pour compléter le mien, vous pouvez aller lire l'avis de Pascale.

6 commentaires:

Ronnie 64 a dit…

Expo à Toulon en ce moment jusqu'au 24 sept.
Je recommande ;-)
http://toulon.fr/agenda/vivian-maier-etats-unis-champsaur

Martin a dit…

As-tu pu voir le film, Ronnie ?
Merci pour l'info sur l'expo. Le 24, c'est samedi : je ne la verrai donc pas. Dommage...

Ronnie 64 a dit…

Pas vu le film pour le moment, ça ne saurait tarder cela dit.
++

Martin a dit…

D'accord. Peut-être repasseras-tu encore une fois pour nous donner ton avis...

Chez Sentinelle a dit…

Les Toulonnais ont de la chance ! J'aime beaucoup les photos de Vivian Maier, je lui ai d'ailleurs consacré un petit billet il y deux ans maintenant. Le reportage est vraiment très intéressant et même passionnant, notamment dans la découverte de la personnalité de cette femme, tout en contraste (certains enfants qu'elles gardaient et aujourd'hui devenus adultes en ont même garder de très mauvais souvenirs). Si jamais une expo devait se présenter dans les parages, je n'hésiterai pas à la voir.

Martin a dit…

Idem ! Ce que le documentaire dit de Vivian Maier est à la fois touchant, fascinant... et inquiétant. Il est heureux que ses photos lui aient survécu, mais j'aurais été curieux de savoir ce qu'elle comptait en faire.

J'en ai parlé avec deux amis photographes et les avis sur la qualité de son travail sont quasi-unanimes. Constat d'évidence: la nature de sa personnalité, en revanche, continue de faire débat.